Archives par mot-clé : jeux vidéo

The Golden Witch Beatrice - Umineko no naku koro ni

Umineko no naku koro ni – un sound novel d’exception

Visual novel (VN en abrégé) : un type de jeu vidéo de niche, populaire au Japon, souvent assimilé à un « roman interactif » en image et son.

Un beau jour, après avoir testé un premier visual novel traduit par des français, j’ai fini par franchir le pas et commencé à lire les visual novels en anglais (c’était en 3ème, de souvenir). J’avais d’ailleurs commencé par Fate Stay/Night, un VN célèbrement connu pour son histoire qui sort des carcans des jeux pour adultes.
Puis, au vu de l’engouement d’une amie pour Umineko no naku koro ni,  Et  j’ai décidé de le commencer après avoir téléchargé le patch anglais sur Witch Hunt.
N’ayant pas encore vu Higurashi no naku koro ni – Le sanglot des cigales –  à l’époque, je me demandais si ça allait me plaire car les loli meurtrières, c’était pas trop ma tasse de thé. Par précaution, je jette un oeil au synopsis.

« Octobre 1986, toute la famille Ushiromiya se réunit sur l’île de Rokkenjima en vue de discuter de l’héritage colossal que va laisser Kinzo, le patriarche redouté par tous. Si tout se passe bien au départ, une tempête se lève et empêche les 17 résidants de quitter les lieux.
Peu après, des meurtres étranges liés à la légende de la Golden Witch Beatrice se produisent… »

Du mystère ? Des meurtres ? Des huis-clos ? De la magie ?! Mais c’est pile mon genre de lecture ! (Oui, je peux faire peur).

umineko-blood
Du sang dans Umineko. Vous verrez, vous retrouverez souvent cette image~

Cette série de VN a démarré en 2008 et s’est terminé en 2010, elle est découpée en 2 arcs principaux qui se composent de 4 épisodes chacun, la première partie introduisant le mystère ainsi que les personnages et la deuxième partie donnant des éléments de réponses :

– Episode 1 : Legend of the Golden Witch
– Episode 2 : Turn of the Golden Witch
– Episode 3 : Banquet of the Golden Witch
– Episode 4 : Alliance of the Golden Witch

– Episode 5 : End of the Golden Witch
– Episode 6 : Dawn of the Golden Witch
– Episode 7 : Requiem of the Golden Witch
– Episode 8 : Twilight of the Golden Witch

07th Expansion, les créateurs d’Umineko, on a conçu et pensé ce VN en tant que Sound Novel, plus que « Visual ». Les dessins étant très basiques car réalisés par Ryukishi 07, le scénariste. Il faut avouer que son trait est quelque peu… particulier, on voit qu’il est loin d’être un illustrateur de profession. Mais avec l’habitude, on s’y fait (et on finit par les aimer).

umineko-evabattler
A droite : Battler, le protagoniste « principal » de cette histoire.
umineko cousins
Les cousins de Battler : Georges, Maria, Jessica (de gauche à droite).

Tandis qu’à côté, la bande-son a reçu un soin particulier. Divers artistes ont collaboré pour nous livrer une pléthore de musiques enivrantes qui collent à la perfection aux événements décrits que ce soit dans les moments de stress ou dans les moments joyeux.
Je me souviens encore des frissons qu’un « combat » m’a procuré à la lecture rien qu’à l’écoute du morceau dédié.

  

Avec sa notoriété grandissante, la série a connu une adaptation en anime (qui n’était pas fameuse selon moi), une réédition avec de plus « beaux » dessins et un doublage des dialogues sur PS3/PSP et mobile au Japon, ainsi que divers mangas couvrant chacun un épisode.

Conclusion :
Je ne le recommanderai pas ce jeu en tant 1er VN à lire, surtout pas en anglais. Pour tout vous dire, ce doit être l’un des VN les mieux écrits auxquels j’ai pu être confrontée à ce jour, le vocabulaire étant très fourni et on a peu de phrases qui servent juste à remplir la page (oui, Fate Stay/Night, je m’adresse à toi et à tes descriptions à la Stendhal). Cependant, je remercie et félicite la team de traduction qui a dû adapter tout ce texte avec brio, grâce à eux, j’ai pu découvrir un petit bijou de roman « interactif ».

Umineko no naku koro ni est une oeuvre qui a réussi à me captiver de bout en bout, avec un casting très fourni en personnages. Même si le second arc m’a paru moins bien rythmé et globalement plus WTF, avec notamment une fin qui peut diviser les foules.
C’est une aventure à tenter si on aime sortir des sentiers battus des histoires à l’eau de rose où le héros doit conclure avec une des demoiselles du jeu.

Par contre, une recommandation avant tout : persévérez au moins jusqu’à la fin de la 1ère journée, car il est vrai que l’introduction est assez longue et parfois un peu ennuyante !

Sherlock Zure, une passionnée de mystères en tout genre surtout quand il y a des meurtres en huis-clos.

Angry Birds EPIC Promo

Angry Birds – epic or not ?

Étant fan de RPG, et étant curieuse du mélange Angry Birds avec ce genre que j’apprécie tant, j’ai testé Angry Birds : EPIC.

Sans dénaturer l’univers d’origine, on se retrouve à devoir, encore une fois, fracasser des cochons verts transgéniques qui ont kidnappé les oeufs que notre piaf rouge protégeait.

Angry-Birds-Epic-fight
Ecran de combat dans Angry Birds Epic

Moi qui craignais du tour par tour à la Final Fantasy / Dragon Quest like en moins bien, je n’ai pas été déçue en terme de « gameplay » : Rovio utilise convenablement l’écran tactile pour lancer nos attaques, nous protéger, etc.
Bon en même temps, j’admets que je n’ai pas joué à énormément de RPG sur smartphone, donc difficile de faire beaucoup de comparaison. (À la place, j’ai préféré entrer en guerre avec mon ex-coloc pour savoir qui aura le plus de belles cartes dans Ayakashi, un jeu totalement vide d’intérêt si ce n’est pour ses illustrations).

Si dans sa mécanique, le jeu se complexifie un minimum lors de l’arrivée des autres personnages, ce qui rend les joutes plus intéressantes, il reste très simple.
Et malgré toutes les tentations parsemées sur le chemin pour que le joueur passe à la caisse pour des petits items tels que les objets de craft ou des pièces, on peut y résister si on est un minimum patient et qu’on a la motivation de refaire des combats à la pelle.

Du premier abord, de par sa facilité, j’ai la sensation que contrairement à la majorité des Pay-to-Win déguisés en Free-to-Play (F2P), ce Angry Birds Epic a plutôt bien équilibré le bonus procuré par ces items payants.

Mais ! Là où le bat blesse, c’est qu’ils forcent un peu trop le joueur à lier le jeu à Facebook | Google + | Rovio Account et compagnie.
De ce fait, outre les chargements assez longs (celui du lancement étant le pire), si on se retrouve par malheur à ne pas être connecté sur Internet… Et bien, on ne peut plus jouer. (cf image ci-dessous)

Angry-Birds-offline
Voici l’écran sur lequel on débarque quand on est dans le métro…

Conclusion :

Angry Birds Epic est un petit RPG surfant sur la popularité de la série mère, et ma foi, il est bien sympathique à parcourir… quand on a une connexion internet à la maison.
Néanmoins, malgré une réalisation de haute facture dans un monde bien coloré, j’aurais peut-être apprécié d’avoir des temps de chargement moins longs. (Et une histoire qui dépasse la taille d’un timbre-poste ? Mais je crois que c’est trop demander là.)

Retrouvez Angry Birds Epic
Sur le Play Store (Android)
Sur l’App Store (iOS)

Zure, une fille qui aimait trop les RPG.

READY ? FIGHT !

« Il y a bien longtemps, dans une galaxie très lointaine, très lointaine… » (Star Wars)

Un blog sans grande prétention vient de naître : « Geeky Zure ». Très original comme nom, n’est-ce pas ?

Ce petit est né d’un coup de tête, bien que mûrement réfléchi avant de se montrer au grand jour. Très personnel, il traitera de sujets tels que les jeux vidéos et les mangas, qui font partie de mes grandes passions, et je m’en cacherai pas. Et ce, même si un ami me considère comme une caricature de manga ! (Aïe, ça pique tout de même comme remarque). 

J’essaierai de rendre mes articles plus abordables pour des néophytes car j’ai envie de faire connaître des oeuvres qui méritent un coup d’oeil car la japanimation, les mangas et les jeux vidéos sont des produits culturels à part entière, et ne sont pas réservés aux jeunes enfants ou aux écervelés sanguinaires, loin de là.

Bien entendu, les propos et les opinions tenus sur ce blog ne sont et ne seront pas forcément partagés par tous, mais soyez libres de réagir, toute remarque constructive étant la bienvenue !

Sur ce bref discours qui a été rédigé dans un RER bondé, je vous souhaite malgré tout une bonne lecture.

A bientôt !

Zure, une geekette otaku affirmée que vous découvrirez petit à petit.