zankyou-no-terror-official-art

Zankyou no Terror – le terroriste que j’aimais

« Zankyou no Terror (ou aussi appelé Terror in Resonance) narre l’histoire de Lisa Mishima, une étudiante martyrisée par ses pairs, qui fait la rencontre de deux adolescents qui ne sont autre que le duo de terroristes Sphinx.
Utilisant des noms d’emprunt tels que Arata Kokonoe ou Tôji Hisami, Nine et Twelve mettent tout Tokyo en émoi et jouent au jeu du chat et de la souris avec la police. Mais pour quelles raisons ? Nul ne le sait… »

Ce court anime de 11 épisodes est une production de MAPPA, un tout nouveau studio d’animation.
Ce qui n’empêchait pas la série d’être grandement anticipée par les fans grâce à une campagne teasing assez importante réalisée lors de conventions telles que la Japan Expo en France ou à l’Anime Expo qui se déroulait aux Etats-Unis. Mais surtout, on attendait cet anime de pied ferme, ne serait-ce que pour trois noms réputés au sein de la japanimation :

–  Shinichiro Watanabe (Cowboy Bebop, Samuraï Champloo, Space Dandy) pour la direction globale,
Yoko Kanno (Ghost in the Shell, Darker than Black, Wolf’s Rain, Escaflowne) pour la composition musicale
Kazuto Nakazawa (Kill Bill vol 1, Samuraï Champloo) pour le chara-design.

Si la série mérite bien sa désignation en tant que thriller pour sa capacité à nous tenir en haleine tout au long des 11 épisodes sans nous ménager, mérite t-elle toute l’attention qu’on lui a portée ?

Pour ma part, je ne peux assurer avec certitude que C’EST l’anime de l’année ou de l’été : le format 11 épisodes étant très souvent trop court pour développer les personnages. D’autant plus que le scénario de Zankyou no Terror semblait très ambitieux, et beaucoup de pistes annexes ont été lancées par-ci par-là pour ne pas trouver de continuation ni de réponses…
Ainsi, au vu du manque de temps flagrant, seule la quête « principale » de nos héros est entièrement développée, mais suffisamment bien pour qu’on puisse passer outre ces « silences scénaristiques ».

Mais malgré ces lacunes, Zankyou no Terror se révèle être un anime incroyablement marquant.

Marquant pour de nombreuses raisons… Tout d’abord, la scénographie très recherchée qui nous laisse parfois pantois.

scene2-zankyou_no_terror scene1-zankyou_no_terror

Les couleurs & contrastes sont « beaux », contrairement à d’autres animes qui peuvent paraître légèrement fades (oui Psycho-Pass, je m’adresse à toi).

Outre un visuel léché, Zankyou no Terror peut se targuer d’avoir une bande-son de la mort qui tue, s’écoutant inlassablement ! Chaque morceau apporte une ambiance qui colle incroyablement bien avec ce qui est affiché à l’écran. Pour vous donner une idée, voici les 2 morceaux phares de l’OST :

Un autre point qui m’a surprise, est de voir à quel point cet anime est ancré dans notre époque : des références aux réseaux sociaux, des interfaces de mobiles fidèlement reproduits (iOS et la surcouche Android de Sony), on montre aussi la facilité de tout se procurer sur Amazon, et même Tor est mentionné !

twelve2-zankyou_no_terror-youtube
Oui, c’est bien l’interface de YouTube que vous voyez.

Cependant, notre attachement aux personnages est l’ingrédient principal qui va faire en sorte qu’on accroche ou pas à cet anime.

lisa-mishima-zankyou_no_terror
Lisa Mishima
twelve3-zankyou_no_terror
Twelve
nine-zankyou_no_terror
Nine à droite

Si on retrouve certains archétypes connus : la martyre du lycée, le joyeux luron psycopathe et le type cool aux lunettes, leur développement reste intéressant et à peu près réaliste, grâce à une subtile mise en avant des expressions du visage des personnages. Une grande variété de sentiments sont retranscrites par une animation exemplaire. Intrigués, on ne peut que s’attacher à leur sort.

Etant une faible fangirl, j’ai véritablement craqué sur Twelve malgré son côté psychopathe du départ… (En dehors du fait qu’il soit ultra mignon comme tout. Tumblr m’aura convertie.)

Pour résumer :

– Ses principaux défauts : le manque de développement, un milieu de série qui se perd quelque peu, des questions qui n’auront sûrement jamais de réponse sauf dans notre imaginaire, (! subjectif !) une fin qui peut laisser mi-figue mi-raisin sauf si on s’arrête à la 16ème minute.
Si on excepte quelques frustrations de fangirl… En bref, c’est trop court !

– Ses principales qualités : une bande son extraordinaire, des scènes magnifiques, un cadre contemporain très proche de la réalité, (! subjectif !) des personnages auxquels on peut s’attacher trop fortement.
C’est un anime qui fait vraiment son travail de divertissement et qui arrive à joindre tous les bouts pour un final qui ne vous laissera pas de marbre.

Pour terminer, je tiens à mentionner que c’est un anime, qui même 3 semaines après le visionnage de son dernier épisode, vous retransporte aisément dans son univers et peut vous faire frissonner rien qu’à l’écoute de sa musique ou lorsque vous jetez un rapide coup d’oeil à des screenshots de l’anime. Les sentiments remontent à la surface et la dépression revient.

Comme quoi, l’addiction, c’est dur de s’en défaire, même une fois qu’on s’en est rendu compte…

Zure, une fangirl atteinte du syndrome de Stockholm.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *